Recherche

Le taux de prêt immobilier a sensiblement baissé depuis le début de l’année. La baisse a été attestée par plusieurs courtiers et confirmée dernièrement par l’Agence Nationale d’Information pour le Logement (ANIL). Le 15 mai, L’ANIL relevait déjà que les effets de la hausse des taux des prêts immobiliers au cours des années 2007 et 2008 étaient effacés.

Cependant, ce recul n’a pas eu pour conséquence la hausse de la demande de crédit immobilier. Dans ces conditions, l’ANIL apprécie que cette immobilité dans les rangs des potentiels acquéreurs est un indice que « la crise financière n’est pas terminée ».

En août, l’ANIL a fait connaître son baromètre des taux de crédit immobilier dressé pour le troisième semestre de l’année 2009. Ce baromètre confirme la baisse, à l’aide des informations recueillies auprès de plusieurs établissements de crédit, banques et organismes de crédit. A l‘élaboration du baromètre de l’ANIL ont participé des institutions telles: Crédit Foncier, Banque Postale, Crédit immobilier de France, Cetelem, Caisse d’Epargne, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, BNP Paribas et Le Crédit Lyonnais.

L’analyse effectuée par l’Agence concerne tant les taux variables que les taux fixes. Le taux fixe le plus bas a été constaté à la Banque Postale. Ce taux est de moins de 4%. Au Crédit Agricole, le taux avoisine les 4.05%, tandis que le Crédit Immobilier de France propose un taux de 4.65%.

« Les barèmes à taux fixes sont maintenant revenus à un niveau proche de ceux du milieu de l’année 2006. Cela signifie que pour les établissements de crédits, la compétition pour les parts de marché l’emporte à nouveau sur la préoccupation de reconstitution des marges », a commenté l’ANIL.

Laisser un commentaire